Vous êtes ici : Alex Rencarde >> Comment écrire sur le web >> Le leurres de l’éphémère, Ange Beuque : boomerang dans les rangs du collège

Le leurres de l’éphémère, Ange Beuque : boomerang dans les rangs du collège

Voici une enquête révélatrice des failles du système scolaire. Au-delà de l’atrocité de perdre la vie d’un enfant, le jeu de la sourdine règne encore parmi les rangs. Ange Beuque signe ici une courte, mais intensive enquête policière autour d’un drame. Entrez à l’intérieur des non-dits est à la fois bouleversant et intriguant. Au point de composer et de construire notre propre réflexion vis-à-vis du suicide, du challenge et de l’image de soi.

Résumé

chronique d'alex rencarde sur la nouvelle d'ange beuque, les leurres de l'éphémère

L’émotion est vive lorsqu’on retrouve un collégien pendu à la grille de son établissement. L’enquête s’annonce d’autant plus délicate qu’il faudra composer avec une technologie réfractaire, des indices programmés pour disparaître et un univers adolescent propice aux secrets, à l’omerta et aux cruautés dissimulées. Et qu’en est-il de ce mystérieux challenge qui fait fureur sur les réseaux, et dont l’initiateur semble s’être volatilisé ?

Auteur – Ange Beuque.
Taille du livre – 30 pages.
Genre –  nouvelle policière.
Note – ★★★☆☆
Service de Presse

On étouffe ici bas…

Je dois bien l’avouer, lire une nouvelle m’est très peu coutumier. J’aime les gros pavés. Cependant, lorsque j’ai pris connaissance du résumé de celle d’Ange, je n’ai pu résister à l’envie de me plonger dedans. Nous avons un contexte qui nous met en confiance et qui révèle d’entrée de jeu une tragédie au sein même d’un lieu où toutes les dérives sont possibles : le collège. Ainsi, le décor est planté.

Sans mâcher ses mots, l’auteur nous invite à prendre part à une enquête aussi forte que déroutante : le suicide d’un collégien. Devant ces grilles où l’autorité se pare parfois de la plus grande des discrétions, le corps d’un collégien est retrouvé sans vie. Peu d’indices pour nous laisser croire à un meurtre. Pourtant, bien au-delà de cette scène, l’étrange silence qui rode parmi les regards fuyards des camarades du disparu, nous renseigne sur l’existence d’un secret.

La technologie au service de la discrétion

Pas à pas, mais de manière paradoxale, aussi rapidement que les pages qui défilent, nous débutons une partie de jeu. Le challenge de ne pas s’y montrer à la hauteur, nous disqualifie directement. Aller le plus loin possible, au bout de ses propres limites est impossible tant un cadre bienveillant manque à l’appel. Seul l’ambition d’apparaître le ou la plus fort·e compte aux yeux des autres.

Comme dans beaucoup de nouvelles, le suspense est au-rendrez-vous et me force à ne pouvoir reprendre moi-aussi, mon souffle. Perdue parmi les lois rusées des collégiens et ne parlant pas le même langage, il me faudra ainsi qu’aux forces de l’ordre, remettre de l’organisation au sein de la foule. Nous apprenons ainsi à avancer à pas de loup dans un univers toxique où la peur et la malchance n’ont pas leurs places.

“Au départ, c’était comme un jeu.”

Les leurres de l’éphémère

Une nouvelle qui porte bien son nom

Le côté éphémère à la fois de cette forme de récit (nouvelle) ainsi combinée aux technologies et réseaux sociaux où l’instantanéité demeure, nous révèle la difficulté de se rendre compte de la gravité de certains événements et, de la rapidité avec laquelle ils se déroulent.

Ange nous décrit ici la force du silence, mais aussi celles de l’influence que peut avoir une personne sur autrui et, l’emprise qu’ont les autres sur nous et sur notre construction. Se fier aux regards des autres pour se forger une personnalité qui soit validée et acceptée par ses paires est une aventure périlleuse dans laquelle certains peuvent se perdre. Au détriment de l’apprentissage scolaire et personnel qui se veut en accord avec le rythme qu’à chacun pour grandir, vouloir aller trop vite pour se conformer aux désirs des autres n’est pas une solution viable à long terme. En témoigne le geste de trop d’un adolescent perdu entre son envie d’arrêter d’aller plus loin et, celle de e pas faillir. C’est ce que cette nouvelle souhaite mettre en avant.

Le harcèlement scolaire existe et existera probablement encore dans quelques dizaines d’années. En avoir conscience est peut-être déjà un point de départ pour aider nos collégiens, enfants et adolescents à éveiller leurs consciences afin de se construire selon des règles cadrées et bienveillantes.

Je recommande ce roman à…

Celles et ceux qui s’interrogent sur une réalité inquiétante en milieu scolaire. Celles et ceux qui aiment les défis et la construction de soi et, qui s’interrogent sur le devenir de notre société et le regard adolescent.

Le mot d’Ange à votre attention

Par cette nouvelle policière, je souhaitais ausculter la mécanique du harcèlement via les réseaux sociaux, avec concision et sans manichéisme. À quel moment un jeu cesse-t-il d’en être un ? Peut-on retourner la pression du groupe en arme létale ?

Connaissez-vous Ange Beuque, lauréat du Prix Zadig 2019 ?

ange beuque, les leurres de l'éphémère, chronique d'alex rencarde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.