Vous êtes ici : Alex Rencarde >> Comment écrire sur le web >> Dédicace sans auteure, Catherine Secq : triste monde de l’édition

Dédicace sans auteure, Catherine Secq : triste monde de l’édition

De retour aux côtés de la commissaire Bombardier pour parcourir et pénétrer dans le monde sombre et cruel de l’édition. Une enquête pas comme les autres puisque cette fois-ci, c’est Catherine Secq elle-même qui se met en scène ! Pour notre plus grand plaisir d’ailleurs…

Résumé

dédicace sans auteure, catherine secq, chronique par alex rencarde

Perdre son auteur, lorsqu’on est le personnage principal d’un roman, moi aussi je croyais que cela n’arrivait… que dans les films. Imaginez ma surprise quand j’apprends que Catherine Secq a disparu. Oui, oui… DISPARUE ! Vous avez bien lu.
Alors là, sans hésiter, je fonce à sa recherche et je plonge, tête la première, dans les sombres arcanes du monde de l’édition, le fameux « sérail », comme le surnomment les écrivains. J’ai la ferme intention de la retrouver, coûte que coûte, et j’espère, vivante. Cette enquête inattendue sera aussi, pour moi, l’occasion de découvrir les charmes de la gendarmerie (et des gendarmes) et du vignoble de Gaillac. Polar et pinard, ce mariage va me plaire !
Commissaire Bombardier

Auteur – Catherine Secq.
Taille du livre – 242 pages.
Genre –  policier.
Note – ★★★★☆
Service de Presse

Le monde de l’édition : un cercle fermé ?

C’est dans une ambiance plus cocooning et plus lente que j’embarque à bord du train qui me mène dans le Tarn. Un salon du polar, Black Polar, m’y attend. Même s’il bat à moitié de l’aile en ce moment. Après une mise en contexte que je trouve un peu brouillon, nous voilà confrontés de plein fouet par la disparition d’une auteure et non des moindres : Catherine Secq ! Oui, vous avez bien lu ! J’aime cette idée de se mettre en scène. Non pas par un trop plein d’égo, mais pour mettre l’accent quelque part sur l’abandon des médias et la baisse d’engouement envers le monde pourtant passionnant, de l’édition. Une belle métaphore au délaissement trop prononcé des auteurs auto-édités qui ne trouvent pas assez leur place au sein d’une édition qui se veut stricte et classique.

Ce premier constat établi, je trouve l’idée de proposer au culot, son propre enlèvement pour démontrer d’une absence d’intérêt pour les auteur·e·s et qui plus est, pour les auteur·e·s auto-édités, me semble très pertinent à l’heure actuelle ! Le fait d’insister et de jouer sur les mots pour lancer ses maux est un appel qui invite chacun et chacune à la réflexion quant aux conditions des auteurs et sur le monde de l’édition en général.

Les doutes, le mal-être, les peurs et la tristesse qui émanent de ces pages me démontrent de l’existence d’une réelle souffrance pour percer en tant qu’auteur·e. Ce que nous rappelle ici ce roman c’est qu’avant tout cette aventure qui se veut « humaine » soit davantage centrée sur une pseudo popularité d’auteur·e·s.

Autodérision et compagnie

J’aime toujours autant l’humour qui se dégage des enquêtes de Josiane Bombardier. Tout de même un petit regret de ne pas avoir à ses côtés, Paul Holo, son fidèle adjoint. Cependant, il n’est pas mis de côté pour autant. Pas sur le terrain, mais c’est tout comme ! J’ai apprécié son rôle et son statut au cours de cette enquête peu commune. Il prend du galon mine de rien ! J’ai vraiment hâte de le voir encore s’épanouir et évoluer. En effet, il se place en tant que dé-bloqueur d’une situation. Son sang-froid et son audace lui valent d’apporter des éléments indispensables à la résolution de l’enquête.

Ce qui est également mit en avant est le doute quant aux raisons qui ont poussée Catherine à disparaître. Est-ce si volontairement qu’il nous ait donné à penser ? Josiane assez sûre de ses choix par habitude, doit mettre son amitié et sa gratitude pour Catherine de côté afin d’étudier toutes les possibilités des causes de cette disparition. Pas évident lorsqu’il s’agit d’un membre de notre famille. Il est surtout question d’adultère au sein de cet épisode. Mais comme Josiane, je n’y crois pas et reste persuadée que c’est plus complexe que cela.

“Tout se joue dans la maîtrise de l’équilibre.”

Dédicace sans auteure, Catherine Secq

À bas les filtres !

Au fur et à mesure, malgré un manque angoissant d’indices, nous parvenons à découvrir davantage les personnalités de Catherine ainsi que celle de son mari. J’apprécie découvrir plus en détails l’intimité d’un auteur. En effet, cette enquête est davantage intime par rapport aux autres. Nous prenons et vivons les scènes avec moins de recul que lorsque Josiane est sur le terrain.

Je me demande si une part de fiction est présente tant le réalisme de l’écriture nous laisse à penser qu’il s’agit de la vraie vie menée par Catherine et son mari. La note d’amour inconditionnel est très poétique et apporte une certaine douceur rassurante au fil de notre lecture.

Je recommande ce roman à…

Celles et ceux qui depuis la première heure sont fans des enquêtes de Josiane et de son humour décalé. Celles et ceux qui s’interrogent sur la réalité des auteurs auto-édités et du monde de l’édition. Puis, simplement celles et ceux qui souhaitent passer un bon moment avec leur chocolat chaud au coin du feu.

Le mot de Catherine Secq à votre attention

J’avais envie de trouver une idée originale pour ne pas lasser les lectrices et lecteurs qui suivent les affaires de la commissaire Bombardier depuis le début de la série. J’ai trouvé cette idée un peu « culottée » de m’introduire, en tant qu’auteure, dans l’histoire. J’avoue être partie un peu à l’aveuglette, sans trop savoir ce que ce mélange saugrenu pourrait donner. Ce que je voulais éviter surtout, c’est donner l’impression d’avoir pris » la grosse tête ». Finalement, au vu des retours de lecture, je pense que cela fonctionne et je suis même assez contente de mon coup.

Avez-vous déjà plongé dans une enquête de la commissaire ?

dédicace sans auteure, catherine secq chronique par alex rencarde

1 commentaire pour “Dédicace sans auteure, Catherine Secq : triste monde de l’édition”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.